Expert en protection sociale

Retraite 82



Actif Général de l’assureur Quatrem

L’année boursière 2018 aura été mauvaise, avec de piètres performances des marchés Actions, presque partout dans le monde. Cela s’explique, notamment, par les inquiétudes sur l’impact du contexte géopolitique (guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, incertitudes liées au « Brexit », discussions budgétaires en Italie…). Ces inquiétudes se sont concentrées sur le dernier trimestre de l’année. Elles ont également eu des conséquences sur les taux des emprunts d’Etat et le prix des matières premières qui ont baissé sur les derniers mois de l’année.L’année 2016 aura été riche en évènements inédits. Les investisseurs ont été d’abord surpris par le résultat du référendum britannique,  puis par l’élection en Novembre aux Etats-Unis,  d’un président qui n’était pas donné favori par les sondages. Ses propos favorables à une relance économique et de nombreuses créations d’emplois par le biais de grands programmes d’investissements publics, ont provoqué un rallye de fin d’année sur  les marchés Actions.

  • Performances 2018 de la Bourse Française : -10,95% (CAC40)
  • Performances 2018 de la bourse américaine (convertie en euros) :  - 1,57 % (S&P500)
  • Performances 2018 de la bourse européenne :  - 14.34 % (EuroStoxx50)

Concernant les emprunts d’Etat :

  • En Allemagne, les taux ont baissé : + 0,15 % contre + 0,43 %, il y a 1 an
  • En France, les taux sont restés globalement bas : + 0.71 % contre + 0,78 %, il y a 1 an
  • Aux Etats Unis, les taux 10 ans sont remontés jusqu’à 3,28 % (pour finir à 2,72 % contre 2,40 % l’an passé)

 

PERSPECTIVES DES MARCHÉS FINANCIERS POUR 2019

Aux Etats-Unis, après une période ininterrompue de 10 ans de croissance (2009-2018), la demande des ménages américains soutient la dynamique de l’économie. Le rythme de hausse des taux américains par la Banque Centrale (FED) dépendra du maintien de la vigueur de la croissance. Les marchés sont très sensibles à la politique monétaire américaine.

En Zone Euro, la fin de la politique d’assouplissement monétaire a débuté avec l’arrêt des programmes d’achats d’obligations par le BCE. L’étape suivante est attendue pour l’automne 2019 mais dépendra du rythme de croissance des différents pays de la Zone. La sortie effective du Royaume-Uni prévue pour Mars 2019, continuera à être un facteur d’incertitudes, tout comme l’ampleur du ralentissement entamé fin 2018.

Un léger ralentissement de la croissance de l’Economie Chinoise est attendu, sur l’année à venir. Le Brésil verra un nouveau gouvernement entrer en fonction.
Face à ces perspectives économiques et financières actuellement incertaines, il convient, plus que jamais, de diversifier ses placements entre les différentes classes d’actifs (Taux, Immobilier, Actions, …).

 








 


 

Données aux 01/02/2019